Sophrologue praticienne, coach en développement personnel et professionnel,

praticienne en techniques de respiration et pratiques de relaxation.

La sophrologie et les maladies chroniques ou de longue durée

Article publié le 20 août 2016

La Sophrologie étant une pratique corporelle, elle permet une prise de conscience plus subtile de son propre espace corps dans sa globalité.

Ce qui amène à ré-habiter son corps en reconnaissant toutes les sensations sans les appréhender car la méthode a une incidence sur la composante émotionnelle de la souffrance en général.

Elle permet l’intégration progressive (« habituation ») des phénomènes corporaux et par là une possibilité d’anticipation et reconnaissance des symptômes en cas de maladies chroniques.

Elle va pouvoir agir  sur :

  • les troubles liés à la maldie (douleurs, insomnies, anxiété)
  • les effets indésirables liés aux traitements médicaux (nausées, acouphènes douleurs, troubles digestives et de mémoire)
  • l'intégration du schéma corporel du malade (restauration de l’image du corps  en cas de perte d’intégrité d’une de ses parties ou fonctions ; amputation)
  • la gestion de la douleur (grâce à la réduction de l’impact émotionnel de la souffrance)
  • l'attitude du malade et le contrôle de sa maladie (la personne redevient progressivement actrice, capable de se reprendre en main, s’assumer et sortir du repli, le découragement et l’inhibition qui s’installent souvent dans la maladie de longue durée)

En permettant a la personne de stimuler par soi-même ses propres ressources internes et les stratégies de réajustement nécessaires a l’intégration de sa maladie et du traitement, la sophrologie aura également une action sur les facteurs qui améliorent l’observance thérapeutique.

 

Mentions légales