Sophrologue praticienne, coach en développement personnel et professionnel,

praticienne en techniques de respiration et pratiques de relaxation.

Les apports de la Sophrologie sur le stress

Article publié le 13 décembre 2016

La base de la sophrologie est la respiration consciente.
Diriger notre conscience à la respiration c’est comme « parler » à notre mental. On lui envoie le message : « sois tranquille, ça va », car grâce à la connexion entre ventre et cerveau en respirant consciemment on relâche les tensions physiques et mentales aussi.

Le rythme cardiaque baisse au fil de quelques respirations, le système parasympathique l’importe sur le sympathique, la production d’endorphines, sérotonine mélatonine augmente en rééquilibrant l’homéostasie.
Respirer consciemment, diriger toute notre conscience à la respiration, nous aide alors à nous libérer des pensés en allant vers le lâcher prise qui corresponde à une activité cérébrale en état de repos.

En fait aujourd’hui les neurosciences nous montrent que notre cerveau est prédisposé à la réalisation d’une seule tache à la fois : autrement dit, nous ne pouvons pas « faire deux choses qui nous demandent de la concentration au même temps ».

Si, par exemple, nous regardons notre portable pendant que nous écoutons une personne, nous avons peut-être l’impression d’avoir écouté la personne et au même temps regardé le message qui s’affiche sur notre portable, mais en réalité notre concentration s’est déplacé d’un évènement à l’autre et nous avons « loupé » quelques chose entre temps(les mots de la personne, ou la signification du message).
Nous avons en outre hyper stimulé notre cerveau en lui demandant de passer « très vite d’une tache à l’autre » et nous avons contribué à augmenter et/ou à entretenir le niveau de stress déjà existent.
L’imagerie médicale, en revanche, nous démontre l’importance de réapprendre a « rien faire » en revenant à un mode « être » au lieu que solliciter toujours et de plus en plus le mode «faire ».
En fait, quand nous « ne faisons rien » notre cerveau se met dans le mode « activité cérébral par default » : c’est l’activité naturelle du cerveau en état de repos qui laisse défiler les pensées en passant d’une pensée à une autre, comme quand nous contemplons un paysage pendant un certain temps.
Cette activité par default est indispensable pour la fixation de la mémoire récente et autobiographique et c’est bien pour cela que trop de stress et de hyperstimulation du «faire » entraine à la longue une perte de la mémoire récente et autobiographique en amoindrissant par-là la conscience de soi, et en engendrant, donc, des trouble telles que la dépression ou l’épuisement.
La sophrologie visant à la remise en avant du mode « être » versus le mode « faire » rééquilibre cet état émotionnel en permettant de désamorcer progressivement le stress inutile.
Cela engendre progressivement la restauration de l’homéostasie, le renforcement de la mémoire /concentration, et par là d’un sentiment de majeur présence à soi et, donc, de sécurisation et confiance en soi.
La pratique de la sophrologie en favorisant donc l’écoute et l’accueil des sensations/émotions harmonisés avec le mental (représentation de soi), permet une meilleure connaissance de soi aussi bien dans ses limites à respecter que dans ses propres ressources et ses capacités.

 

 

Mentions légales